Les archives du Pas de Calais Les archives du Pas de Calais

À vos armes

L'atelier héraldique

Écran suivant

1 - Histoire du blason

Les armoiries apparaissent vers la première moitié du XIIe siècle. À cette époque, les chevaliers sont protégés lors des combats par une armure qui recouvre entièrement leur corps et portent sur la tête un heaume qui masque leur visage. Il leur est donc impossible, dans la mesure où ils ne portent pas d’uniforme, de se reconnaître sur le champ de bataille. Les chevaliers vont peindre sur leurs écus (boucliers) des figures géométriques ou animales de couleurs vives (car elles doivent être visibles de loin) qui représenteront leur signe de distinction, que l’on appelle les blasons.

Le blason, comme le nom, étant une manière de désigner une personne, il est donc tout naturel de le retrouver sur l’objet qui au Moyen Âge remplace la signature : le sceau (qui est une sorte de signature en image).

En France, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’usage des armoiries est libre. Contrairement aux idées reçues, les armoiries n’ont jamais été réservées aux nobles. Toute personne a le droit d’adopter les armoiries de son choix à la condition exclusive de ne pas copier ou adopter celles d’un autre. Chaque blason doit être unique.

Dès le XIIe siècle, les hérauts d’armes, qui sont à l’origine des messagers, deviennent avec le développement des tournois, de véritables spécialistes des armoiries. Ce sont eux qui organisent les combats, identifient les chevaliers grâce à leurs écus, commentent les joutes et relatent les faits d’armes des participants. Ils contrôlent, recensent les blasons et veillent au respect des règles héraldiques. Ils reproduisent les blasons appartenant à des personnes, à des villes, à des communautés dans un recueil que l’on appelle un armorial.

Les armoiries vont être supprimées sous la Révolution, les révolutionnaires voyant en elles des signes de féodalité et des marques de noblesse.

Depuis 1815, l’usage des blasons est à nouveau libre et relève du domaine privé. Toute personne peut créer ses armoiries. Les villes possèdent également leur blason que l’on retrouve parfois sur les plaques des rues ou les outils de communication.

Suivant

Épreuve


Comment nomme-t-on un spécialiste des armoiries ?


2 - Les règles de l'héraldique pour la composition d'un blason

L’héraldique est une science auxiliaire de l’histoire, elle étudie les armoiries. C’est la science des blasons.

L’héraldique permet aussi de comprendre les règles de composition et de diffusion des armoiries.

Les couleurs et les figures qui apparaissent sur les armoiries sont des signes distinctifs qui permettent de reconnaître chaque personne, par un caractère moral ou physique, la représentation de son métier, etc. La disposition de ces éléments de reconnaissances suit des règles de composition très codifiées.

Les partitions

À la forme la plus simple du blason composé d’une seule couleur (on dit alors qu’il est plain), s’ajoute un ensemble de divisions qui partagent l’écu par des lignes verticales, horizontales ou diagonales.

  • Plain

  • Parti

  • Coupé

  • Taillé

  • Tranché

Ces divisions simples peuvent être combinées entre elles.

Parti

Coupé

Écartelé en croix


Taillé

Tranché

Écartelé en sautoir


Écartelé en croix

Écartelé en sautoir

Gironné

Les pièces honorables

Aux partitions s’ajoutent dix pièces honorables, formes géométriques simples qui se superposent sur l’écu et qui rappellent les renforts du bouclier.


  • Chef

  • Fasce

  • Pal

  • Bande

  • Barre

  • Croix

  • Sautoir

  • Chevron

  • Franc-quartier

  • Bordure

Les meubles

Les "meubles" (figures géométriques, animales, florales, humaines, objets) sont, au même titre que les partitions, des signes distinctifs. Les animaux, tels que le lion, l’aigle ou le léopard, figures héraldiques par excellence, apparaissent dès l’origine des blasons. Lorsque l’usage du blason se généralise, les types de figures se diversifient et leur répertoire devient illimité (astres, pièces d’armement, éléments architecturaux, outils d’artisans, etc.).


  • Acte d'enregistrement d'armoiries d'Adrien Payen

  • Acte d'enregistrement d'armoiries de François-Albert de la Motte

Suivant

Épreuve


Pour quelle raison les chevaliers adoptent-ils un blason ?


Associe le blason à sa partition






3 - La composition des blasons, émaux et fourrures

Les couleurs

Dès l’origine du blason, on ne dispose que d’un choix très restreint de couleurs, qui doivent être franches, facilement reconnaissables et visibles de loin.

Il existe 5 couleurs :

  • Gueule (rouge)

  • Azur (bleu)

  • Pourpre (violet)

  • Sinople (vert)

  • Sable (noir)

Et deux métaux :

  • Argent (blanc)

  • Or (jaune)

Les couleurs et les métaux sont désignés sous le terme générique d’émaux.

Pour créer son blason, il faut respecter une règle fondamentale: l’alternance des couleurs.

On ne peut pas juxtaposer ou superposer 2 émaux de la même catégorie. C'est-à-dire : pas de couleur sur couleur ni de métal sur métal.

Cette règle existe dès l’apparition des armoiries et répond à une exigence de visibilité. L’écu doit être vu de loin et les couleurs ne doivent pas être confondues. On appelle armes à enquerre les blasons qui ne respectent pas le principe de l’alternance des couleurs. Mais les exemples sont peu nombreux car cette règle est suivie très scrupuleusement.

Lorsqu’elles sont dessinées sur des documents ou des monuments qui ne permettent pas l’utilisation de la couleur, les couleurs des armoiries sont représentées par un système utilisant des hachures et des pointillés qui apparaît au XVIe siècle.

  • Le gueule par des lignes verticales.

  • L’azur est représenté par des lignes horizontales.

  • Le pourpre par des lignes diagonales allant de senestre à dextre (de gauche à droite).

  • Le sinople par des lignes diagonales allant de dextre à senestre (de droite à gauche).

  • Le sable par des lignes horizontales posées sur des lignes verticales.

  • L’or est représenté par des pointillés.

  • L’argent est représenté par l’absence de traits.

Les fourrures

Aux couleurs et aux métaux, s’ajoutent les fourrures : Le vair et l’hermine qui rappellent qu’au XIIe siècle, certains guerriers en recouvraient leur écu pour les protéger ou les décorer.

  • Vair et contre-vair

  • Hermine et contre-hermine.

La règle d’alternance des couleurs ne s’applique pas aux fourrures qui peuvent parfaitement être juxtaposées ou superposées :

Les fourrures peuvent se combiner et se placent sans distinction sur les émaux.

Suivant

Épreuve


Quand apparaissent les armoiries ?


Comble les mots manquants

La qui étudie les blasons s’appelle l’. Elle permet de comprendre les règles de composition des . Dès l’origine du blason, on ne dispose que d’un choix très restreint de , qui doivent être franches, facilement reconnaissables et de loin.


Comble les mots manquants

En héraldique, il existe 5 couleurs et 2 . Les couleurs et les sont désignées sous le terme générique d’. La couleur rouge s’appelle et le sable désigne la couleur .


4 - Le blasonnement

La description des armoiries s’appelle le blasonnement. Un blason est composé de plusieurs éléments superposés qui doivent être décrits dans un ordre précis, c’est la syntaxe du blasonnement.

Pour décrire un blason, on commence par le fond de l’écu que l’on nomme le champ.

Si le blason ne comporte ni partition, ni figure il est dit plain

Ce blason est dit "de gueules plain". C’est le blason de la ville de Douai.

Si le blason comporte une figure (pièce honorable ou meuble) on énonce d’abord le champ puis les figures.

Ainsi, le blason de Gauchin-Verloingt est dit "de sinople à la bande d’argent"

Le blason de Humeroeuille est dit "d’argent au lion de gueules"

Si une pièce honorable comporte un meuble, on dit qu’elle est chargée.

Pour décrire le blason de Dainville, on dira : "D’azur à la fasce d’argent chargée de trois coquilles de gueules"

  1. On commence par le champ (le fond de l’écu), ici azur
  2. Puis par la pièce honorable, ici fasce d'argent
  3. Et enfin les meubles, ici trois coquilles de gueules (rouges)
  • +
  • +
  • =

Si l’écu est divisé en partitions, on décrit chaque partie.

  1. Parti d’or et de sable.

  2. Écartelé en croix d’or et de sable.

Suivant

Épreuve


Comble les mots manquants

Au Moyen Âge, les blasons apparaissent sur les champs de bataille. Les , dont le visage est protégé par un , doivent pouvoir se reconnaître lors des combats. Ils peignent des figures sur leurs boucliers que l’on nomme alors . Les figures représentées sur les blasons sont des signes distinctifs que l’on peut retrouver sur les , galettes de cire qui tiennent lieu de signature.


Comble les mots manquants

Le blason doit être . Les couleurs et les qui apparaissent sur les armoiries sont des distinctifs qui permettent de reconnaître chaque personne, par un caractère ou physique.


Remplace les motifs par les couleurs qui correspondent

  • 1
  • 2
  • 3

Colorie le blason à partir de son blasonnement
Éterpigny : "D'argent à un arbre de sinople et au chef de sinople"

  • 1
  • 2

5 - Armes composées, brisées et parlantes

Même s’il doit être personnel et unique, le blason a néanmoins adopté un caractère héréditaire à partir du règne de Saint-Louis. Ce n’est qu’au XIVe siècle que les armoiries sont des emblèmes familiaux à part entière. Elles se transmettent de génération en génération. Dans une famille, la règle veut que les enfants reprennent les armes familiales en les agrémentant de modifications que l’on nomme brisures.

Les armes brisées

Selon la règle héraldique, seul le chef de famille peut porter les armes pleines de la famille ou du lignage. Les enfants doivent les briser, c’est-à-dire y ajouter un élément pour se différencier. Il peut s’agir d’un ajout de partition, de figures ou d’un changement de couleur.

Ce blason pourrait être brisé en ajoutant des meubles par exemple.

Les armes composées

Un blason peut également être formé en assemblant les armoiries de deux familles. On parle alors d’armes composées.

Exemple d’armes composées : le blason central est composé de la réunion de deux blasons différents

Les armes parlantes

Le blason étant étroitement lié à l’identité, il peut comporter des éléments qui rappellent le nom de son possesseur.

  • Cela peut se faire de manière directe : dans cet exemple, Thomas Robert Maillet a choisi le maillet (petit marteau) comme meuble dans son blason.

  • Les armes peuvent également être parlantes par homonymie. Par exemple les armes de la ville de Bapaume, "d’azur à trois main appaumées d’argent" sont liées à l’étymologie du nom Bapaume (paume de la main). Selon une légende, les habitants applaudissaient chaque fois qu’un voyageur quittait indemne la forêt d’Arrouaise, véritable repaire de brigands.

  • De la même manière, la ville de Pommier, qui tire son nom du latin pomarium , verger, a repris dans ses armoiries un pommier symbole. Les blasons, en chef, sont les armes des deux familles qui furent successivement les premiers seigneurs.

Suivant

Épreuve


Comble les mots manquants

Dès le Moyen Âge, l’usage des blasons est Tout le monde peut posséder un mais il doit être . Ils ne sont pas réservés aux . Pourtant, à la , ils vont être supprimés car les révolutionnaires voient en eux une marque de .


Associe le blason à sa partition






Remplace les motifs par les couleurs qui correspondent

  • 1
  • 2
  • 3

Comble les mots manquants

En héraldique, le est la manière dont on décrit un blason. On commence par le fond de l'écu que l'on appelle le . Lorsque que le blason est composé d'une seule couleur et ne présente ni partition, ni meuble, on dit qu'il est . Si mon blason est entièrement vert, il est de plain.


Comble les mots manquants

Le blason est une de la personne qui le possède. Il est lié à son . Il peut comporter une qui rappelle le nom de la personne (on peut trouver un sur le blason de Monsieur Lecerf). On dit alors que les armes sont .


6 - Les blasons aujourd'hui

Aujourd’hui, même si l’usage des blasons personnels devient de moins en moins fréquent, ils n’ont pas totalement disparu et peuvent apparaître sous différentes formes. Tout d’abord, nous retrouvons des armoiries, témoins du passé, dans beaucoup de bâtiments historiques (églises, tombeaux, châteaux, etc.). Les villes possèdent également leur blason.

L’étude des blasons peut parfois apporter une aide précieuse aux généalogistes en situant un personnage au sein de sa famille. Elle peut permettre de distinguer deux familles homonymes, c'est-à-dire qui portent le même nom. Elle permet aux historiens de l’art et aux archéologues de dater des objets ou des monuments sur lesquels ont été apposées des armoiries et ainsi d’en retrouver les premiers propriétaires ou d’identifier le nom de l’artiste.

Mais les blasons ne sont pas que des objets du passé. Ils ont évolué et aujourd’hui, certains objets dérivent directement de leur fonction signalétique. Les drapeaux : ils sont l’emblème d’un pays. Issus de la tradition du blason, ils en reprennent les codes et conservent sa symbolique. Les drapeaux doivent êtres visibles et reconnaissables de loin. C’est donc, là aussi, pour des raisons de reconnaissance que la règle de l’alternance des couleurs de l’héraldique est reprise. Par exemple dans le drapeau de la France, le bleu et le rouge sont séparés par le blanc (azur et gueules sont séparés par l’argent).

Armoiries de la Franche-Comté

Les logos peuvent être considérés comme les héritiers des blasons. Ils jouent le même rôle et respectent souvent les mêmes règles. Les blasons peuvent être des signes d’appartenance à des groupes collectifs (équipes de football, de rugby) ou des groupes scolaires (écoles britanniques identifiables grâce à leur écusson porté sur les uniformes des élèves). Les logos reprennent les mêmes fondements que les blasons, le but étant d’être reconnaissable. Ils représentent une organisation ou une marque.

Les logos de marques automobiles sont de bons exemples. Pour le logo de la marque Peugeot, qui représente un lion debout une patte levée en attaque et l'autre abaissée en défense (en héraldique, on dit qu’il est rampant), la famille s’est inspirée des armoiries de la Franche-Comté où est située la première usine.

Suivant

Épreuve


Une des ces propositions est vraie. Laquelle ?


Associe le blason à sa partition






Quelle couleur désigne le mot « Azur » ?


Comble les mots manquants

D’ à la d’ accompagnée de deux fleurs de d’


Si on trouve un coq sur le blason de monsieur Lecoq, ses armes sont dites :


Comble les mots manquants

Aujourd'hui on trouve encore des armoiries sur les murs des églises ou des . Leurs formes ont aussi évolué et les peuvent être considérés comme les successeurs des . Ils représentent une ou un groupe.


Bravo ! tu as terminé toutes les épreuves. Tu es un vrai héraut !

Et maintenant, pars à la découverte des blasons conservés aux archives.

Recommencer le jeu

Contact

Mentions Légales

À vos armes est un site des Archives du Conseil Départemental du Pas-de-Calais.

Centre Mahaut d'Artois
Archives anciennes et modernes
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
Tél : +33 (0)3 21 71 10 90
Horaires d'ouverture : du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, état civil et presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS62000 DAINVILLE
Tél : ++33 (0)3 21 21 61 90
Horaires d'ouverture : du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Conseil Départemental du Pas-de-Calais
Rue Ferdinand Buisson
62018 ARRAS Cedex 9
Tél : 03 21 21 62 62

Site développé par le Conseil Départemental du Pas-de-Calais.
Directeur de la publication : Michel DAGBERT
Gestionnaire de site :
Administrateur du site (à contacter en cas de problème ou de questions) : +33 (0)3 21 21 91 24

Droits d'auteurs et copyright

Le site À vos armes est une œuvre de l'esprit protégée par la législation en vigueur. Les droits de l'auteur de ce site sont réservés pour toute forme d'utilisation. En particulier, la reproduction des éléments graphiques du site, le téléchargement complet du site pour son enregistrement sur un support de diffusion, ainsi que toute utilisation des visuels et textes qu'il contient autre que la consultation individuelle et privée sont interdits sans autorisation.

Les droits afférents aux illustrations et photographies contenues dans ce site appartiennent, sauf mention contraire, au Conseil Départemental du Pas-de-Calais.
Les auteurs des photographies sont, sauf mention particulière : Sébastien Jarry, Luc Charpentier, Nicolas Celié © Tous droits réservés.

Avertissements

Les informations publiées sont régulièrement vérifiées. Le Conseil Départemental du Pas-de-Calais décline toute responsabilité en cas d'erreur ou d'omission. Pour signaler une erreur ou demander la rectification d'informations, n'hésitez pas à contacter le webmestre par téléphone ou en remplissant le formulaire de contact.

Les informations techniques qui se trouvent sur ce site n'ont qu'une valeur informative et sont susceptibles d'évoluer en fonction des modifications législatives et réglementaires.

Le Conseil Départemental du Pas-de-Calais ne peut être tenu responsable de l'interprétation que vous pourriez faire des informations contenues dans ce site.

Il appartient à l'utilisateur de ce site de prendre toutes les mesures appropriées de façon à protéger ses propres données et-ou logiciels de la contamination par d'éventuels virus circulant sur le réseau Internet. De manière générale, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais décline toute responsabilité à un éventuel dommage survenu pendant la consultation du présent site.

Dans l'esprit d'Internet, les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité du Conseil Départemental du Pas-de-Calais, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès. À l'inverse, toute personne (physique ou morale) souhaitant créer un ou (des) lien(s) vers une ou plusieurs page(s) du présent site doit préalablement en informer le webmestre du site.

Néanmoins, par principe sont autorisés, sans accord express préalable :

Dans les autres cas, et notamment :

Vous devez demander l'autorisation expresse du Conseil Départemental du Pas-de-Calais en remplissant le formulaire de contact ou en écrivant à :

Conseil Départemental du Pas-de-Calais
Rue Ferdinand Buisson
62018 ARRAS Cedex 9

Le Conseil Départemental du Pas-de-Calais se dégage de toute responsabilité concernant les liens créés par d'autres sites vers son propre site. L'existence de tels liens ne peut permettre d'induire que le Conseil Départemental du Pas-de-Calais cautionne ces sites ou qu'elle en approuve le contenu.

Afin de garantir l'identité et l'intégrité de son site, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais se réserve le droit d'interdire les liens qui ne répondraient pas à l'objet dudit site ou qui pourraient porter préjudice à l'image de l'institution. Le Conseil Départemental du Pas-de-Calais ne peut être tenu responsable du contenu (éditoriaux,illustrations, etc.) des sites vers lesquels son site renvoie.

Lois de référence